Archives d’un auteur

4ème Rencontre du Mouvement des AMAP

4ème Rencontre du Mouvement des AMAP les (3), 4 & 5 juin 2016 à Castres (81) – Domaine de Gourjade, organisée par le Miramap (Mouvement Inter Régional des AMAP) et le Réseau des AMAP du Tarn.

Réservez ce grand week-end de rassemblement pour échanger, débattre et construire l’avenir du mouvement des AMAP !

Souveraineté alimentaire locale :
Comment les citoyens peuvent-ils se réapproprier collectivement
l’agriculture et l’alimentation ?

* Vendredi 3 juin : arrivée dans le Tarn à Castres, accueil des participants chez les hébergeurs

* Samedi 4 juin : Rencontre du mouvement des AMAP et soirée festive
Ateliers thématiques
Présentation d’initiatives des acteurs du mouvement
Echanges de pratiques, débats
Café paysans en AMAP
Table ronde sur la souveraineté alimentaire locale
Apéro et soirée festive en musique avec le groupe Narvalos

* Dimanche 5 juin : Assemblée Générale du Miramap
Construction collective et participative du programme d’actions 2016-2017

Lettre d’Yves Bruel, maraicher

Lettre d’Yves Bruel, maraicher

Le 23 janvier 2016

Bonjour amapiennes et amapiens fans de légumes,

Je viens par ce message vous informer d’une décision, que je muris depuis quelques temps déjà, et que j’ai prise récemment : En 2016 je ne ferais pas de maraîchage.
Je vous laisse un peu digérer l’information…

Cela fait cinq ans que je me suis installé et que je cultive les légumes à Martel.

Et donc que j’ai vécu pleinement les joies et les peines, pas seulement les ravissements du travail au grand air, ou le stress des aléas climatiques, les emmerdements de mes fragiles bricolages, la souplesse de ma liberté d’organiser les journées comme il me semble et celle de pouvoir m’adapter aux contraintes de ma vie familiale (virus et bobos divers des enfants à garder), mais aussi les fous rires et « déconnades » avec les joyeux drilles que sont Virginie et Florent, comme les papotages plus profonds qui ont beaucoup enrichi mon humanité, ou encore les rages du matos qui ne marche pas, les fins d’année comptable peu satisfaisantes touchant mon besoin de reconnaissance, pas suffisamment nourri, la belle humeur des chantiers AMAP collectifs « réussis », où le travail avance bien, le ventre est bien repu de mets partagés et les yeux brillent de quelque chose d’indicible, mais également, la hanche qui flanche ou le genou qu’est mou, et les étés de sécheresse où je me liquéfiais sur place et les hivers « gadouilleux » et glacés à déterrer les carottes.

Bref la vie m’a traversé avec puissance pendant ces cinq années.
Et je sais que je n’ai pas toujours fait bon accueil à cette vie, tellement j’étais accroché à mes objectifs de « réussite » et mes croyances de comment « ça » devait se passer…

Et j’y ai laissé des plumes (‘fin plutôt des poils !). Accumulé une grande fatigue, fait face à des déceptions, des peurs, des doutes et pas assez savouré les pépites de joie, de réussite, de moments partagés, de liberté.

J’ai pris conscience aussi que je n’étais pas venu au maraîchage par un prolongement d’une passion de jardinier. Je suis venu au maraîchage comme un missionnaire qui va prouver que c’est possible de faire du maraîchage bio et d’en vivre. « Vous allez voir ce que vous allez voir ! » Forcément ce n’est pas la même énergie, pas la même profondeur !

Bref, j’ai besoin de vérifier si je souhaite continuer cette activité, quitte à la remodeler, à la transformer pour qu’elle me convienne mieux maintenant que je sais un peu plus ce qui me tient à cœur et ce qu’il m’est difficile à vivre.
Et donc j’ai besoin de prendre du recul, de me poser, d’aller voir ailleurs si j’y suis, d’aller voir ailleurs ce que font d’autres maraîchers ou paysans, et si je sens que je suis toujours attiré par la Terre, et que je veux avoir une activité professionnelle en lien avec elle, de tenter de réinventer ma façon de faire paysan.
Et pour cela j’ai décidé de ne pas repartir cette saison. Je vais mettre mon jardin en jachère ou en engrais verts, prendre le temps de cogiter mon bilan, d’aller travailler ailleurs pour ramener quelques sous.
Je vais rester « connecté » avec Florent et Virginie, et d’ailleurs tant que je n’ai pas d’autre d’activité, je participerai toujours aux journées d’entraide.

Mon choix pouvant avoir des conséquences sur l’AMAP Légumes, et ayant à cœur de ne pas trop mettre le « bazar », nous avons commencé à en discuter avec Virginie et Florent et a priori ils assumeraient à eux deux l’AMAP en 2016.

Merci de votre lecture, et à très bientôt place Thiers,

Yves