Historique

« Bonjour,  je ne fais pas souvent de la publicité pour quelque chose, mais aujourd’hui, c’est différent.
Si vous êtes libre le 10 mai  2010 au soir, et que manger des légumes bio produits localement, en étant partenaire de leur producteur, vous intéresse, ouvrez la pièce jointe et rejoignez-nous !»

A la suite de ces mots que certains d’entre nous ont reçu dans leur boîte aux lettres  électronique par un(e) ami(e), un petit groupe d’individus s’est lancé dans la création d’une AMAP « légumes » sur Brive autour d’un maraîcher-producteur en agriculture biologique Philippe Baudon et sa femme Nicole, vendéens établis à Segonzac. L’association « AMAPiens au Pays de Brive » a été créée en juin 2010 (publication au J.O du 28 juin 2010), choisissant alors de  façon démocratique de s’adjoindre des producteurs certifiés Agriculture  Biologique (AB). Par ailleurs, il est apparu judicieux que cette association puisse regrouper plusieurs AMAP… qui sont nées, finalement, dans les mois suivants : AMAP « viande », AMAP « pommes », AMAP « oeufs », …

Plusieurs bureaux très actifs se sont succédé et ont permis de mettre en place un fonctionnement régulier des AMAP, avec validation d’un socle commun dans la présentation et la clarté des documents et le développement d’un esprit de relation entre les différents acteurs de l’association.

Des activités centrées autour des producteurs et des animations locales ont été organisées et renouvelées avec succès (participations au forum des associations de Brive, foire bio de Brive,  apéros amapiens, visite des fermes ou lieux de production, soirées-réflexion autour des outils de l’AMAP…), permettant de nous faire connaître.

Quelques années plus tard, s’insérant dans une réflexion plus large sur la définition des AMAP, le manque de producteurs AB en Corrèze ou les difficultés de certifications, les statuts de l’association ont été modifiés en assemblée générale en janvier 2014 afin de pouvoir intégrer des producteurs n’étant pas officiellement certifiés AB  mais dont les pratiques respectent le cahier des charges de la Charte des AMAP à savoir des pratiques socialement équitables et écologiquement saines. Priorité reste aux producteurs  locaux AB cependant …

Notre AMAP reste donc une association vivante, prête à évoluer selon les souhaits des adhérents et capable de remettre en question ses pratiques si la situation le demande.