Qu’est-ce qu’une AMAP ?

Une AMAP est une Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne ayant pour objectif de préserver l’existence et la continuité des fermes de proximité dans une logique d’agriculture durable, c’est-à-dire une agriculture paysanne, socialement équitable et écologiquement saine.

La première AMAP a été créée en 2001. Depuis, le nombre d’AMAP évolue de manière exponentielle, et les AMAP sont aujourd’hui pratiquement présentes dans toutes les régions de France. On en dénombre en France, en 2013, plus de 2000.Cela représente plus de 60 000 familles et près de 250 000 consommateurs.

Est appelé « AMAP » le collectif formé de l’ensemble des amapien-ne-s et paysan-ne-s engagé-e-s dans un partenariat solidaire, local, contractualisé, sans intermédiaire commercial, avec un esprit de pérennité.

Le nom « AMAP » est un terme déposé à l’Institut National de la Propriété Intellectuelle (INPI) qui implique donc le respect d’une charte qui regroupe les principes et les valeurs que portés par les AMAP.

Ainsi, paysans et amapiens s’engagent en signant un contrat et la charte des AMAP. Le paysan s’engage à livrer les aliments dans les conditions prévues dans le contrat; l’amapien s’engage à payer d’avance et à venir récupérer les produits indiqués dans le contrat. De plus, les amapiens se partagent les tâches nécessaires au bon fonctionnement de l’association.

L’AMAP semble être aujourd’hui le système permettant au paysan la meilleure valorisation financière de ces produits, et ayant les plus-values sociales et environnementales les plus intéressantes.

Plus d’infos, trouver une AMAP en France : http://miramap.org/-Les-AMAP-.html

 

Charte des AMAP

La charte des AMAP est le document de référence des AMAP regroupant les principes et les valeurs que nous portons.

Une nouvelle charte des AMAP a été adoptée à l’unanimité par l’Assemblée Générale du MIRAMAP le samedi 15 Mars 2014, après 2 ans de chantier participatif inter-régional de réécriture, auquel plusieurs centaines d’AMAP, paysans et amapiens ont contribué.

Ce chantier a permis de redéfinir ensemble les enjeux, valeurs, principes et règles qui concourent à faire de l’AMAP une alternative concrète pour soutenir une agriculture vivante sur les territoires : les notions de souveraineté alimentaire, de co-producteurs, d’éducation populaire, d’évaluation participative, de rupture avec l’agro-chimie, de refus de l’appropriation mercantile du vivant, de défense des semences paysannes, d’invitation à disséminer « l’esprit AMAP », …, marquent une prise en compte remarquable des évolutions sociétales intervenues depuis l’écriture de la première charte en 2003. Tout en restant fidèle à l’orientation donnée par la première charte des AMAP, cette nouvelle charte nous offre un horizon très enthousiasmant pour continuer à faire vivre et à développer cette belle alternative.

Cette nouvelle charte est aussi un message d’espoir pour l’avenir du mouvement : les AMAP, après plus de 10 ans d’alternatives, ont gardé toute leur vitalité et ne cessent d’innover pour la transformation sociale et écologique de l’agriculture et de notre rapport à l’alimentation.