Premiers pas vers une AMAP

 «Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez vous» disait Paul Eluard. Parce que de prime abord on pourrait croire au hasard justement mais l’aventure se révèle trop belle pour n’être que cela… De plus près, voilà ce qui se passe.

J’aime le «fait maison» aussi la réalisation de nos pains quotidiens depuis près de 3 ans occupe une partie de mon temps de façon passionnante, la préservation de notre planète ainsi que le soutien aux personnes font échos en moi. Après une première expérience dans l’associatif sportif, je restais sur ma faim. Quand mon tendre époux a lancé « si tu veux, on – l’association AMAPiens au Pays de Brive – a besoin d’une référente pain» je ne suis pas restée indifférente !

Une question au président et hop me voilà promue au rang des coordinateurs d’AMAP

Un mail riche de quelques infos et rendez vous est pris avec Nathalie et Jean-Claude Vergnes, Sylvie Leymarie se propose gentiment de m’introduire auprès d’eux en m’accompagnant le vendredi 4 Février 2011.

Fin de journée, les Vergnes ont cuit aujourd’hui nous en profiterons pour faire quelques achats-dégustation. De l’extérieur, rien ne laisse deviner une fabrication de pain, tout juste une habitation mais… dès la porte poussée, hum … même les yeux fermés, vous non plus n’auriez eu aucun doute !…

L’ODEUR !!!! pas vraiment celle du pain chaud qui sort du four, car ils le sont déjà depuis quelques heures et le four refroidit mais celle mêlée de farines chauffées, de levain, ….mais peut-être faut-il être déjà passé à l’arrière d’une boulangerie pour la reconnaître ? 

Si vous ne connaissez pas ça alors il ne faudra pas manquer une visite à Escougne pour découvrir la magie de la boulange. Dans le laboratoire, il fait un peu froid, au fond, les «pas encore vendus» attendent sûrs de finir dans un feu d’artifice de plaisirs gustatifs dont ils seront les étincelles. 

Jean Claude nous accueille donc dans sa maison bâtie en grosses bottes de paille où trône un poêle à bois qui diffuse une douce chaleur et le thé nous attend. Il nous raconte l’histoire de cette construction où l’on se sent de suite bien…

Nous passons aux choses sérieuses avec l’arrivée de Nathalie. J’ai listé quelques items à aborder pour monter cette AMAP. Les produits, les prix, les jours de cuisson, de livraison, la fréquence, la souplesse possible de commande….Tout cela est abordé, les «avantages», les «impératifs» et finalement au fil de la discussion les choses se posent d’elles-mêmes comme des évidences que nous n’aurions pas su voir du premier coup d’oeil !

Qu’importe le temps, la rencontre est belle, sereine, riche d’une belle humanité, pleine de promesses …En repartant, Sylvie et moi faisons notre marché, sur la table il y a un peu moins de produits, tout le temps de notre échange, Jean-Claude n’aura eu de cesse de se lever pour accueillir les clients, tous des habitués qui ont réservé leur commande d’une semaine sur l’autre…un peu comme nous très bientôt !

De notre expédition, je ramène plusieurs pains : un long, un au pavot, un autre aux céréales et des pains au lait, la fougasse au fromage a disparue avant que l’appareil photo ne s’extirpe de son fourreau… tant pis pour cette fois ci ! 

                                       

J’en profite pour demander à Nathalie de me montrer le four à bois. Deux portes, à l’intérieur, ils sont ronds, en pierre réfractaire, de la brique je crois ?…le socle est tournant grâce à une pédale, de façon à pouvoir surveiller et sortir les pains qui se présentent au fur et à mesure devant les petites ouvertures. 

Il nous faut partir, ma tête fourmille d’envies tournées vers la mise en place de cette AMAP, une première pour moi…

Françoise Gourment, 1ère référente de l’AMAP Pain

 

 

 

 

 

 

web page hit counter